Parc Bel Ombre, 1965

Bel Ombre

THIERRY DUROUSSEAU / Source: DRAC / Ville: MARSEILLE

 

Contexte :

Au printemps 1953, l’ancien maire du Havre, Pierre Courant est à l’initiative d’un train de mesures destinées à favoriser la construction rapide et massive de logements neufs en intégrant une loi foncière avec un nouveau mode de financement et une programmation normalisée. La création de Logements Économiques Populaires et Familiaux (LOGECO) s’adressait aux revenus modestes (sinistrés ou mal-logés) pour financer l’achat de logements répondant à des plans types pouvant être revendus ou loués pour des sommes modérées.

La réalisation du projet de Bel Ombre sera dans ce cadre avec la vente de terrains bastidaires à l’entrée du village de La Pomme, dévalués par les projets autoroutiers de l’A 50. La densité du programme suscitera quelques craintes, mais l’arrivée des rapatriés d’Algérie engagera définitivement sa mise en oeuvre, sorte de Cité Radieuse bis à l’est de la ville, dont le caractère monumental est toujours perceptible depuis la voie rapide urbaine est de Marseille.

Description :

Si l’immeuble principal domine le site, la composition du plan de masse articule plusieurs éléments du contexte, l’allée de la bastide, l’avenue Mireille Lauze et la direction du Mistral. Le portail de la bastide est toujours en place avec ses lourds piédroits, de là part une allée de platanes rejoignant six mètres plus bas les prairies en bord de l’Huveaune.

Les deux directions de l’allée et de l’avenue déterminent un îlot en pointe sur lequel est implanté le centre commercial dont les bâtiments en redents suivent le tracé de l’allée. La déclivité est rachetée par une nappe de deux niveaux de parkings couverts formant la dalle du centre commercial. L’immeuble principal est implanté d’équerre avec l’allée de platanes, correspondant à l’orientation exacte du Mistral, à l’inverse de la Cité Radieuse orientée sur le boulevard Michelet par rapport au nord géographique. Autre variation cardinale, celle des façades avec des balcons filants à l’ouest, et à l’est, les distributions horizontales et verticales des appartements qui évoquent les réalisations de G. Candilis en Afrique du Nord.

En 1954-55, G.Candilis réalise en Algérie les immeubles Nid d’Abeille et Sémiramis ainsi que l’immeuble Trèfle, plus dense et dédié aux seuls «Européens». Tous ont en commun de chercher à retrouver une structure bâtie continue à partir d’agencement de logements inspirés de la maison à patio, dans la suite des immeubles villas corbuséens. Habitat fonctionnel, l’élaboration du plan se fait par dissociation d’éléments spécifiques comme les circulations desservant les logements ou bien les colonnes d’équipements distribuant les pièces humides.

La desserte se fait principalement par coursives qui organisent fortement la façade est en espaces circulés horizontaux ou verticaux. C’est ce mode circulé de façade qui distingue l’immeuble d’Alfred Henry. La dissociation fonctionnelle détache les circulations verticales du corps d’immeuble en une colonne dont la section enveloppe paliers, escaliers, ascenseurs et même locaux vide-ordures dans un même contour commun. Les passerelles de liaison vers les coursives sont décalées, un étage sur deux, formant un treillis complexe de connexion des colonnes aux façades.

L’ensemble constitue une façade circulée, sorte de mise en scène des allées et venues des habitants qui entrent et sortent de chez eux. C’est une des réussites de l’immeuble que d’être habité du moindre passage comme dans l’espace public, c’est aussi un des rêves modernes que ce déplacement dans l’espace, cette promenade architecturale. La Cité Radieuse enferme ces coursives sombres, Les Rosiers créent des plateformes subdivisant les volumes ; ici, les coursives rayent la paroi au levant, épargnée par le Mistral.

En bas, les entrées sont faites de simples volumes en pénétration avec la colonne. La toponymie des entrées évoque naturellement les phares de Faraman, Sicié ou Planier.
Le pied d’immeuble, d’emprise réduite, est très ajouré par des transparences alternant avec des locaux techniques surmontés par un niveau complet de caves. Les façades sont ajourées par des ventelles obliques en béton qui rattrapent l’épaisseur des étages courants.

La façade ouest est sans surprise, alternant garde-corps opaque et transparent formant une partition en plages proches de celle de la Cité Radieuse.
Enfin, l’attique est en retrait, laissant place à des appartements particuliers (penthouses) avec de vastes terrasses. Au-dessus, les émergences de toiture sont architecturées par des volumes ajourés et un kiosque qui abrite des ventilations. Une enseigne découpée trouble la lecture de cette ligne de ciel, quant au pignon sud, aveugle de par la proximité de l’autoroute, elle est ornée d’une peinture murale, très visible depuis celle ci.

Site:

À l’entrée est du village de La Pomme et au nord de l’autoroute. Entre le stade et le lit de l’Huveaune. Altitude entre 34,43 et 39,35 m. Secteur d’habitation discontinue E sur le Plan d’Urbanisme Directeur de 1949.

plan de masse : L’orientation semble choisie pour éviter les effets du mistral. Si l’immeuble de logement se détache de façon monumentale, il reste lié à un petit centre commercial en bordure de l’avenue Mireille Lauze qui rattrape la déclivité par une nappe de garage. À l’est, l’aire du jardin de la bastide est maintenue. À l’ouest, des parkings. Épannelage : hauteur constante, 16 étages sur caves.

Bâti:

Constructions en béton, poteaux et planchers avec façades en panneaux menuisés. Circulations verticales dissociées du bâtiment. Attique en retrait. Pignon décoré. Assez bon état général.

Infos:

n° répertoire édition X : 1108, p 26. 2005
Conception & rédaction T. Durousseau arch., 2007
désignation : Parc Bel Ombre
546 boulevard Mireille Lauze, avenue E. Allard, quartier de La Pomme 13011
Lambert 3 : latitude 3.10107 ; longitude 43.2884
Accès : métro 1 : La Rose – La Timone
bus 12 : La Timone – Eoures , bus 40 : La Timone – Gare d’Aubagne, bus 91 : La Timone – Les Caillols Hôpital
propriétaire : Syndic de Copropriété du Parc Bel Ombre, 04 91 44 91 32
programme : Ensemble de 250 logements, type LOGECO.
Maître d’ouvrage, constructeur : Société Immobilière de Construction et de Préfabrication du sud-est.
Ensemble de 2 immeubles, commerces et garages, maison du gardien.
dates, auteurs : Permis de Construire : 1959. Déclaration d’Achèvement des Travaux : 1965.
Alfred Henry, architecte.
Entreprise, SICPSE.
sources : AD : 2071 W 14 (42.367), 165 W 340

Alfred Henry

né en 1920 à La Londe (Var), ce fils d’architecte est diplômé en 1946, il vient des ateliers d’E. Beaudouin et N. Lemaresquier. Il part alors aux États-Unis, à l’Université de Chicago, où il suit l’enseignement de Mies van der Rohe. Inscrit à l’ordre en 1949. L’essentiel de son oeuvre se trouve à Toulon.

Parmi ses réalisations, on trouve des immeubles de logements :
Le Beaulieu, 1959
L’Elisabeth, L’Espérance, 1960 (Pont du Las)
Le Foch mais aussi La Caisse d’Épargne et la piscine municipale dans les années 1970 (renseigné par J.C. Bruno)

À Marseille, il réalise quelques immeubles :
1956-60, Le Foch 13004, immeuble d’habitation,
1958-62, Le Joffre, Les Chartreux 13012, immeuble d’habitation, avec Pierre Jaume,
1962, immeuble d’habitation, boulevard Sakakini – chemin Saint-Jean-du-Désert, Le Camas 13005,
1963, Le Super Vallier, 13004, immeuble d’habitation, avec Georges Lefevre,
1960-64, immeuble d’habitation, 4 boulevard Icard, Pont de Vivaux 13010 avec Pierre Jaume.

Ressource en ligne sur le site web de la DRAC : DRAC – Patrimoine XX

You may also like

Leave a comment