Façade extérieur ouest

Stade Nautique

EVE ROY / Source: DRAC / Ville: TOULON

 

Construite entre 1970 et 1972 au bord de la rade de Toulon par l’architecte Alfred Henry, la piscine est dès l’origine accueillie avec satisfaction en raison de ses formes discrètes et de ses lignes sobres.

 

L’ensemble s’organise autour d’un bassin olympique à ciel ouvert, et d’un profond bassin de plongeon, dominé par un haut plongeoir. De spacieux gradins, surmontés d’une esplanade périphérique, entourent les bassins.

A l’ouest, la piscine couverte et chauffée s’ouvre sur le panorama de la rade, à l’abri d’une toiture en ailes d’oiseau, suspendue au-dessus de façades en larges verrières.

Au nord, sur toute la longueur de l’espace ouvert des bassins olympiques, un long bâtiment abrite vestiaires, locaux annexes et chaufferie, bureaux et espaces d’accueil du public.

A l’angle des façades sud et ouest, un petit bâtiment transparent héberge les salles de restauration. (…)
Les façades de vitrage large, de béton clair et de faïence (les décors sont dus à Jean-Gérard Mattio), les architectures légères et élancées, telles ces structures porteuses aux angles vifs, ces toitures en voûtains et les voûtes sarrasines en porte-à-faux du portique périphérique, invitent autant à la détente sportive qu’au voyage de l’âme. (…)

Au cœur de la cité, la piscine du Port Marchand est plus qu’un équipement, plus qu’une architecture, un lieu de poésie où l’on retrouve une parcelle de l’âme et de la culture toulonnaise.

 

Il faut souligner le fort impact du bâtiment dans le paysage de la rade, lorsqu’on arrive à Toulon par la mer.

Rédacteur : Eve Roy, drac paca crmh, 2006
Source : Dupla Christian, «La piscine du Port-Marchand», Var Matin, 2005

 

Infos

commune : Toulon
appellation : Piscine du Port-Marchand
auteurs : Alfred HENRI (architecte), Jean-Gérard MATTIO (décorateur)
date : 1970-1972
protection : édifice non protégé
label patrimoine XXe : Commission régionale du patrimoine et des sites du 15 mars 2007

 

Ressource en ligne sur le site web de la DRAC : DRAC – Patrimoine XX

You may also like

Leave a comment